Germain Lefebvre, étudiant à l’École Centrale de Marseille, est particulièrement investi dans la Junior-Entreprise KSI Centrale Marseille. Avec 20 autres étudiants, il illustre la nouvelle génération d’ Ambassadeurs -M- au service du territoire. Pionnier du CLUB M Ambassadeurs Juniors (18-25 ans), il répond à nos questions…

  • Etudiant à l’École Centrale de Marseille, vous présidez la Junior-Entreprise KSI Centrale Marseille. Présentez-nous votre parcours et en quoi consiste votre mission au sein de la Junior-Entreprise KSI.

J’ai intégré l’Ecole Centrale de Marseille en 2017 après 3 années de Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) à Clermont-Ferrand. Je connaissais déjà le concept de la Junior-Entreprise et j’ai tout de suite accroché avec le dynamisme de la démarche. Après 3 mois de formation et 2 entretiens, j’ai été élu président de KSI Centrale Marseille par la nouvelle et la précédente équipe. Mon rôle consiste à manager l’équipe de 30 étudiants en vue du développement de KSI. Je suis le contact privilégié avec les partenaires de la Junior qui nous soutiennent dans notre activité et le représentant de la Junior au sein du mouvement. Je gère aussi certains projets de l’association et trouve de nouveaux clients, qu’ils soient grands groupes ou créateurs d’entreprise. J’ai par exemple participé à la gestion du projet de certification ISO 9001 des crèches de Marseille et à la création d’une application de gestion interne pour GRDF.

  • Félicitations, avec 20 autres étudiants vous venez d’entrer au CLUB M Ambassadeurs Juniors (18-25 ans) ! Quel est votre plan d’actions pour faire rayonner notre territoire ?

Tout d’abord, je tiens à remercier vivement la Ville de Marseille pour cette intégration qui permettra de contribuer au rayonnement de ce territoire aux capacités incroyables. Je souhaite participer à son rayonnement par l’implication de KSI auprès des entreprises locales en proposant nos services, fruits des enseignements de qualité reçus dans nos établissements et de l’implication de nos étudiants qui permettront le développement des startups ou de PME, mais aussi de grands groupes. Je souhaite également renforcer les interactions entre la jeunesse et les institutions territoriales.

  • Comment imaginez-vous notre territoire dans 20 ans ?

Dans 20 ans, j’imagine que la Métropole Aix-Marseille aura totalement fusionné, avec de nombreuses infrastructures communes. Ce regroupement permettra à notre territoire de rayonner sur le plan national comme international. Nous possédons des atouts qui ne demandent qu’à être valorisés afin que cette grande métropole soit incontournable sur ces deux plans. Par exemple dans le secteur de l’énergie, avec le CEA à Cadarache ou encore le secteur de l’éolien flottant, notre territoire doit se placer en modèle dans le développement de villes autonomes.

Dans les transports, j’imagine une plus grande facilité de déplacement au sein de la métropole qui permettra de débrider les interactions et les échanges. Dans les entreprises, j’envisage notre territoire comme un nid pour les startups et les entrepreneurs. La montée en puissance d’établissements tels que TheCamp, doit permettre de développer un grand réseau interactif au sein de ce territoire si dynamique. Enfin, je conçois un territoire encore plus ouvert sur le monde, avec une mer Méditerranée en échange permanent avec les pays d’Afrique du Nord, d’Europe et du Moyen-Orient, notamment pour le commerce maritime international. Sans oublier le tourisme international grâce auquel notre climat et nos espaces naturels sont plébiscités. Ils doivent être à tout prix sauvegardés et protégés pour poursuivre notre attractivité.