Mode et couture - copyright Ville de Marseille

Elles n’évoquent pas forcément Marseille mais sont synonymes d’un savoir-faire et d’un goût qui caractérisent la mode française. Ces marques illustrent l’étonnante concentration de success stories qui ont pris naissance sur les rives du Lacydon : Sessun, Kaporal, Didier Parakian, American Vintage, Kulte, Reiko, Olly Gan, Helena Sorel, Eva Linka, Pain de Sucre, Sugar, la Compagnie des Petits, Garella, le Temps des Cerises…

Deuxième ville de la mode en France, Marseille est un creuset de création, inspirée d’échanges, d’influences et de cultures mêlées.
Ici, la mode et l’industrie de l’habillement constituent une tradition ancrée depuis des siècles. La position géographique de la ville, son rôle stratégique au cœur du bassin méditerranéen et l’accueil de flux migratoires ont favorisé l’implantation de nombreux petits ateliers artisanaux de confection et de cordonnerie, tandis que se développait une activité de gros dans le quartier Belsunce.
Longtemps organisée en une multitude de petits ateliers et d’artisans isolés qui produisaient pour une demande locale, la filière s’est structurée autour de grandes entreprises reconnues dans le monde entier comme Sessun, Kaporal ou Didier Parakian.

Ce secteur emploie 9 400 salariés sur l’aire métropolitaine et suscite près de 2 500 emplois indirects, des conseils à l’entreprise aux acteurs de la formation en passant par les soutiens aux porteurs de projets. La filière représente un chiffre d’affaires de 2,1 milliards d’euros dans le département des Bouches-du-Rhône.
Le rayonnement à l’international de ces grandes marques exerce un fort effet d’entraînement sur les marques plus jeunes, y compris à l’international.