La Métropole est l’outil institutionnel de valorisation des filières d’excellence du territoire. Son objectif : les accompagner dans la compétition internationale.

Dans le secteur des échanges de données elle doit notamment favoriser la gestion des flux de connectivités, s’assurer de la protection des données informatiques et ainsi satisfaire les utilisateurs, où qu’ils soient. C’est un impératif pour attirer la confiance de potentiels investisseurs.

Aix-Marseille-Provence fait partie de cette compétition numérique grâce notamment au label French Tech et se place plus que jamais dans la course aux datas centers.

Des thématiques qui seront largement abordées lors du prochain Forum Smart City-La Tribune, les 29 et 30 septembre au Palais du Pharo.

Pour la newsletter Club M Ambassadeurs, deux acteurs de poids de cette filière à la courbe ascendante, Fabrice Coquio, président d’ Interxion France et Kevin Polizzi, fondateur de Jaguar Network répondent à nos questions.


Présentez-nous votre société en 3 hashtag

Fabrice Coquio

# data centers

Notre métier est de concevoir, construire et opérer des data centers de colocation de l’état de l’art et de fournir un environnement hautement sécurisé et connecté aux plateformes informatiques et télécoms de nos clients. Interxion opère 41 data centers en Europe, dont 7 en région parisienne et 1 à Marseille.

# transfonum

Nos offres d’hébergement en colocation font partie intégrante des projets de transformation numérique, de migration vers le cloud ou de rationalisation des infrastructures informatiques que les DSI entreprennent.

# hybridcloud

Notre service de Cloud Hybride Colocalisé permet à nos clients de concevoir leur solution de cloud hybride au sein de nos data centers et ainsi de bénéficier de connexions privées aux principales plateformes de cloud, d’un hébergement local de leurs données leur assurant de leur conformité et de performances optimisées pour leurs applications.


Kevin Polizzi

#frenchtech
Frenchtech est le Label territorial numérique permettant de structurer une filière en forte croissance et en permettant de nouvelles connexions
avec les industries traditionnelles qui doivent se moderniser très rapidement pour rester au cœur de la compétition.
#Infrastructures
Nous comptons plusieurs projets d’investissements d’infrastructures et en portons actuellement d’autres :
- Datacenter Jaguar Network MRS01 : 20 Meuros
- Accélérateur Start’ups Digitales : 18 Meuros
- Datacenter Jaguar Network MRS02 : 42 Meuros 
- Accélérateur Start’ups Bioetechs : 11 Meuros
Ce sont ces infrastructures qui nous rendront compétitifs mais surtout visibles à l’avenir. 
#cloud computing
Il s’agit là tout bonnement d’une REVOLUTION. Le cloud ouvre une nouvelle ère aux services digitaux, les entreprises et particuliers
vont pouvoir consommer de l’informatique « à la demande » et avoir accès à des outils non plus orientés technologie mais
littéralement fait sur mesure pour adhérer aux usages. C’est une occasion unique de donner un véritable coup de fouet à l’économie via l’adoption de
systèmes d’informations métiers compétitifs et sécurisés. Nous proposons par exemple à certains de nos partenaires de les
accompagner dans la transformation digitale via l’analyse de leurs données au travers d’une couche big data : comment transformer une
donnée en information utile et exploitable conférant un avantage compétitif fort. 

Marseille fait partie des villes en France remarquée pour sa position géographique idéale de développement d' un hub de réseaux vers l'hémisphère du Sud. Pouvez-vous nous préciser quels sont ses autres atouts pour être compétitive à l'ère des Métropoles ?

Fabrice Coquio

Marseille est en effet un véritable carrefour de connectivité entre l’Europe du Sud, l’Afrique, le Moyen Orient et l’Asie. Grâce à la présence de ses puissantes infrastructures et au dynamisme des acteurs locaux, c’est une ville résolument tournée vers le développement numérique. Située aux points d’atterrissage de câbles sous marins qui la relient à 17 pays jusqu’à) Singapour, Marseille est une ville « gateway » constituant un véritable aéroport international de transport des données.

En outre, je pense qu’une grande partie du potentiel de Marseille réside dans sa capacité à se renouveler et je suis fermement convaincu que c’est son dynamisme qui fait toute sa force. Capitale européenne de la Culture en 2013, 4ème port de marchandises d’Europe, classée 40ème ville la plus innovante sur 445 dans le monde par l’OCDE, Marseille a su miser sur ses atouts pour dynamiser son développement et se positionner comme capitale économique et culturelle de l’Europe du Sud. De plus, l’Opération d’Intérêt National Euroméditerranée a fortement contribué à l’attractivité et au rayonnement de la ville entre l’Europe et la Méditerranée, en témoigne le grand nombre d’entreprises du tertiaire, du commerce international, des télécommunications et du monde audiovisuel qui y ont élu domicile.

Kevin Polizzi

Marseille dispose de nombreux atouts qu’il convient maintenant de mettre en avant via une stratégie de marketing territorial concerté. 
Que ce soit par sa richesse cosmopolite, ses cultures ou son cadre de vie certains atouts nous positionnent dans les villes en pôle position
des développements de demain. Aujourd’hui de nombreux acteurs sont en train de travailler en mode transversal afin de réussir un maillage territorial axé autour de projets
ambitieux dans des filières clés. Nous disposons de nombreux avantages liés à nos infrastructures numériques mais aussi à l’aide de nos infrastructures portuaires et multimodales. Le sujet transport nous impose de nouveaux modes de fonctionnement à l’avant-garde de ce qui composera notre futur :
télétravail, électromobilité, accélérateurs d’entreprises, fablab, coworking…sont autant de mouvances qui nous permettent d’envisager un nouveau rapport au travail et plus simplement à la métropole. C’est l’union de toutes ces forces qui positionne
Marseille comme un haut lieu du développement économique de demain.


Comment envisagez-vous votre contribution pour faire rayonner Marseille et son territoire ?

Fabrice Coquio

Nous contribuons à l’accélération du développement de l’infrastructure numérique et à la croissance économique de la ville et de la région. En effet, avec MRS1, nous avons créé un véritable hub de connectivité qui attire les acteurs mondiaux des télécoms à Marseille qui souhaitent desservir les marchés situés en Afrique, au Moyen Orient et en Asie. Nous comptons également 2000 clients à l’international auprès desquels nous relayons le message, Marseille ville monde et ville « gateway ». Interxion participe également à de nombreux salons et conférences en France et à l’étranger dans le cadre desquels nous avons l’opportunité de faire la promotion de Marseille auprès de nos prospects. Enfin, nous sommes partenaires du J1 situé sur les quais du Port de Marseille. Nous allons contribuer à faire revivre cet espace qui avait été ouvert une première fois au public en 2013, dans le cadre de l’évènement Marseille, capitale européenne de la culture. Le J1 devrait accueillir des expositions, des conférences, des ateliers pédagogiques… »


Kevin Polizzi

Nous sommes natifs de ce territoire et avons fait le choix difficile au début des années 2000 d’y développer l’entreprise malgré l’absence d’infrastructures locales. 10 ans plus tard nous sommes leaders de l’hébergement et des télécommunications pour entreprise et faisons la promotion de Marseille à l’international dans différentes conférences. J’ai eu la chance de voyager dans plus de 50 pays et de contribuer à la construction d’une image positive pour notre ville. Aujourd’hui nous souhaitons accompagner le projet MJ1 et préempter Marseille comme véritable capitale méditerranéenne des projets technologiques.

Notre démonstrateur de smart city sera opérationnel mi-juin et recevra la visite d’acteurs du monde entier venant tester le concept de ville 2.0, le déploiement des expérimentations sera fait en grandeur nature à Marseille !